pole-emploi rss pole_emploi
 
bouton favoris

Lundi 29 Septembre 2014

Les salariés ont soif d’apprendre

Si l’apprentissage présentiel reste toujours largement majoritaire, les MOOCs séduisent ceux qui y ont goûté.

Les salariés ont soif d’apprendre

Les salariés ne demandent que ça. Un sur deux est même disposé à se former hors de son temps de travail et près d’un tiers est prêt à cofinancer sa formation, selon le récent baromètre Cegos sur la formation professionnelle qui a interrogé à la fois des cadres, des employés, des techniciens et agents de maîtrise. Voici une bonne nouvelle à l’heure où le gouvernement met l’accent sur cette nécessité.
 
Se former mais comment ? Les modes d’apprentissage évoluent lentement. Mais sûrement. La formation présentielle l’emporte toujours très largement (91%) mais les formations mixtes (à distance et présentielle), atteignent 33%, soit une hausse de 20% par rapport à 2012. Et qu’en est-il des MOOCs très en vogue dans l’enseignement supérieur et qui ont gagné l’entreprise ? Un quart des salariés savent de quoi il s’agit et, parmi eux, une moitié a déjà suivi un MOOC (Massive Open Online Course), mais 81% pensent que c’est un bon moyen pour se former. Cette nouvelle modalité d’e-learning, combinant des ressources de cours, des activités facilitant la mémorisation et l’apprentissage et un espace d’interaction entre participants a le vent en poupe.
 
Dans leur ensemble, ils s’en montrent aussi satisfaits que des formations tout en ligne plus classiques. Pour 82% d’entre eux, le MOOC suivi a répondu à leurs attentes. Leur flexibilité plait, comme les échanges qu’ils permettent entre pairs, en interne et au-delà des frontières de l’entreprise. Parmi les verbatim retenus « formation agréable et non fastidieuse », « ludique » « simple d’utilisation et très interactif »…. Seuls 8% s’en montrent mécontents. En cause : des durées trop courtes. C’est le principe des MOOCs où chaque cours dépasse rarement 10 minutes étalés sur une moyenne de 6 semaines. Libre à chacun d’en suivre plusieurs dans la journée.
 
Une durée volontairement limitée car, bien souvent, les élèves se montrent peu assidus. En tout cas, parmi les étudiants. Selon l’université de Pennsylvanie, seuls 5 à 10% des élèves inscrits à un MOOC suivent la formation jusqu'au bout. Mais, point encourageant pour les entreprises, les plus assidus sont les 25-40 ans. Le problème, comme le souligne Antoine Compagnon, professeur au Collège de France, est qu’il n’est pas donné à tout le monde d’avoir « appris à apprendre ». Malgré le côté très ludique de ces formations, elles nécessitent, comme toute autre, persévérance mais aussi l’aptitude nécessaire à se former seul face à son ordinateur.
 
Néanmoins, l’emballement bat son plein. Il est même question de MOOCs qui pourraient être créés à des seules fins de recrutement… Google et Facebook travaillent dessus avec des plateformes comme Udacity. Et il est déjà possible d’afficher sur Linkedin son certificat MOOC. Des entreprises comme ProctorU ou Coursera se sont déjà spécialisées dans la certification à distance et partagent les recettes avec les plateformes de MOOC. Coût d’un certificat entre 30 et 150 euros. Pas de quoi pour l’instant bâtir des châteaux en Espagne puisque 10% en moyenne des participants obtiennent un certificat et seule une infime partie d’entre eux paient pour être authentifiés. En attendant qu’ils aient une reconnaissance officielle…
 
Florence Raillard
 

Informations légales