Accueil Business Pourquoi recruter des seniors ?

Pourquoi recruter des seniors ?

Le 6 novembre, Syntec Recruitment Consulting renouvelle son opération Coup de Pouce. Le principe : pendant une journée, les conseillers des 120 entreprises membres recevront gratuitement 3 000 cadres supérieurs chômeurs pour les aider à améliorer leur profil, leur carrière, leurs compétences et à mieux organiser leur recherche d’emploi. Un bon coup de pouce mais une initiative qui ne résout pas le problème de l’emploi des personnes âgées en France. Pourtant, voici 4 bonnes raisons de recruter des aînés.

1 — Les aînés, une véritable valeur ajoutée

A lire également : Comment élaborer une stratégie marketing ?

Les personnes âgées sont riches de leurs expériences passées. « Leur carrière professionnelle a été construit des succès et des échecs. Ils ont un regard différent sur le marché, les clients, l’organisation… Ils ont la force de tout cela », dit Anne-Marie Deblonde, directeur de Syntec Recruitment Consulting et membre de GP Training. Et puis, grâce à leurs postes précédents, ils ont développé des compétences clés très utiles dans le domaine des affaires : gestion, compréhension rapide de l’environnement politique d’une entreprise, gestion des chiffres, un rapport de patrimoine différent et la gestion principale du triste projet.

A lire également : Le fonctionnement des turbos call ou put

2 — Les aînés, pour une société diversifiée

Le succès d’une entreprise est lié à sa différence et à sa diversité. « Les entreprises doivent promouvoir la collaboration intergénérationnelle et ne pas faire de jeunes à tout prix. L’entreprise doit être une organisation représentative de la société », insiste-t-il. Avec les jeunes, les aînés, les experts, les diplômés, les autodidactes, les hommes, les femmes…

3 — Les aînés, un bon retour sur investissement

Évidemment, si l’on s’en tient au coût immédiat, le recrutement d’un aîné est plus cher que d’embaucher un junior. Mais si nous nous attardons sur le célèbre ROI, il est débattu. « On croit qu’il faut environ trois ans pour former un junior pour être pleinement opérationnel dans son poste. L’aîné est, pour sa part, plus rapide, voire immédiatement, dans la place. Il a les codes nécessaires pour l’admission immédiate de la fonction. Vous devez ensuite demander davantage sur sa valeur ajoutée pour un poste que sur le coût immédiat », recommande Anne-Marie Deblonde.

4 — Aînés, primes de fidélité

Parce qu’ils ne sont pas au même stade du cycle professionnel que leurs cadets, les personnes âgées sont en fait plus loyales et moins volatiles que les plus jeunes. Au début de leur carrière, ils veulent apprendre et avoir soif de changement rapide. Tous les 3-4 ans, ils changent l’emplacement, l’industrie et/ou l’entreprise. « Un aîné a examiné ses priorités et est à la recherche d’un poste avec un contenu solide et un sens. Le tout dans une ambiance agréable. Pour eux, la relation humaine est primordiale. Ils ne se préoccupent plus du titre ou du statut. Si ces deux objectifs sont atteints, alors oui, ils seront probablement plus fidèles à l’entreprise que les jeunes », conclut-il.

5 — Personnes âgées, « contrats assistés »

Depuis le 15 septembre, le contrat de génération prévoit que si une entreprise (moins de 300 salariés) recrute simultanément un jeune de moins de 26 ans dans un contrat à durée indéterminée et un salarié d’au moins 55 ans, elle a droit à une subvention de 8000 euros. Notez que l’embauche du senior peut avoir lieu jusqu’à 6 mois avant l’arrivée du junior.

SylvielAidet

ARTICLES LIÉS